Avec l’essor continuel que connaît le tourisme à travers le monde, ce dernier est devenu un secteur de développement économique et socioéconomique primordial dans de nombreux pays.

Cette croissance en termes de visiteurs étrangers a engendré, au fil du temps, des soucis pour les recherche de logements, surtout dans les villes les plus visitées comme Paris ou Berlin. C’est dans ce contexte qu’Airbnb a fait son apparition.

Avec Airbnb, où que vous alliez, vous serez logé !

Airbnb est un site internet créé en 2008, dédié à la réservation et à la location de chambres, d’appartements et autres logements entre particuliers. Ce réseau est installé dans plus de 190 pays dont 34.000 villes.

Grâce à cette plateforme, il est possible de trouver son bonheur en consultant des offres de logement avec images à l’appui, de choisir son lieu d’habitation temporaire, avant de voyager dans le pays de destination. Les frais de location sont plus abordables que ceux des hôtels et autres institutions d’accueil.

Airbnb, source de pénurie de logements

Airbnb permet aux loueurs de fixer le prix du loyer à leur guise, souvent plus cher que ce qu’ils paient eux-mêmes. Ainsi, pour des raisons de profit, les loueurs préfèrent se tourner vers plusieurs particuliers différents et des touristes à court terme durant l’année, plutôt qu’au même client à un prix fixe. Il devient donc difficile pour les personnes en quête d’un logement permanent ou à louer sur une longue période de trouver ce qu’elles désirent.

De plus, le secteur hôtelier, dont le chiffre d’affaire a subi quelques baisses non négligeables depuis quelques années, considère Airbnb ainsi que les plateformes du même genre comme les responsables principaux de cette situation, tout en les accusant de pratiquer une concurrence déloyale.

Interdiction à l’encontre de Airbnb

En plus des carences en logements, des pratiques illégales de location, de la hausse des prix de l’immobilier et de la baisse du marché de l’hôtellerie, certaines nations cherchent à lutter contre ces conséquences néfastes, dont Airbnb serait à l’origine à travers des restrictions voire interdictions.

A cet effet, des obligations légales sont à respecter, autant du côté des futurs locataires que des propriétaires, sous peine d’amende dont la valeur varie entre 25.000 et 100.000 euros.

Avant de mettre en location son bien immobilier sur Airbnb, une demande officielle doit être faite auprès de la mairie par le propriétaire. Ce dernier ne pourra louer aux touristes que les chambres à l’intérieur de son logement avec un loyer ne dépassant la valeur payée par le locataire.

Les impôts légaux s’appliquant aux locataires étrangers devront être payés par l’intermédiaire de Airbnb qui transmettra les informations nécessaires à la municipalité. Les gains reçus des locations via les sites comme Airbnb devront être déclarés au fisc.

Ces restrictions sont faites avec pour but principal de favoriser les habitants locaux et le secteur de l’hôtellerie. A Berlin, c’est une interdiction stricte qui est appliquée vis-à-vis de ce genre de locations sauf après demande officielle, ce qui est rejeté 95% du temps.